Le plaisir des tétons chez les hommes

Je m’appelle Mark , J’ai 38 ans, je suis GAY et j’ai envie sur ce blog de partager avec vous ma passion pour le plaisir des tétons chez les hommes.

J’ai découvert le plaisir des tétons, à l’âge de 18 ans, à l’occasion d’une branlette express dans la cabine d’un sex shop. Un Falcon ennuyeux, un endroit glauque et le temps restant qui clignote … y a urgence à bander !!  La chaleur moite m’oblige à retirer mon tee-shirt. Sur l’écran, un petit blondinet s’étouffe à avaler fond de gorge un engin hors norme. J’accompagne d’une main son va et vient buccal, ma main inoccupée caresse mon torse pour finalement s’égarer autour de mes tétons. Je les effleure, je les caresse, je les pince l’un après l’autre. Sensation nouvelle. Ma queue réagit immédiatement à ces stimulations. Plus je pince mes tétons, plus ma queue durcit. En modulant l’intensité, j’arrive même à ressentir pendant plusieurs minutes ce plaisir éphémère qui précède l’éjaculation … Une chose est sûre : il se passe quelque chose au niveau de mes tétons. Mais, j’allais devoir continuer mon investigation tout seul. Mes partenaires de l’époque n’ont pas envie de partager ces nouveaux émois « tétonesques ». Alors, ma découverte va  t elle rester le viagra naturel de mes masturbations solitaires ?

Heureusement non ! Par chance, j’ai rencontré très vite celui qui allait devenir mon premier initiateur. Gustavo : un mélange de sensualité latino et de virilité façon « bad boy j’t’explique ». Son look matche parfaitement avec le parcours initiatique qu’il réserve à mes tétons : un savant cocktail de douleur et de plaisir. Pour me conditionner à dépasser mes blocages, Gustavo a de beaux arguments. Un peu comme le chien de Pavlov, je sais qu’après ses ongles s’enfonçant dans mes tétons j’aurais la récompense de ses 22 cm s’enfonçant dans mon petit cul. Ca aide à progresser !

Provoquer de brefs pics de douleur à la limite du supportable pour ensuite laisser le plaisir vous submerger puis recommencer sans jamais s’arrêter. Je découvrais avec Gustavo le secret du travail des tétons. Difficile de décrire ce nouveau plaisir. Ca ressemble un peu à la première pénétration pour un passif. Bande son : un mix vocal à base d’ « arrête »  et d’« encore » sur fond de petits couinements encore hésitants. Un apprentissage au lâcher prise sur la route de l’orgasme.

Intrigué, autant par cette partouze de sensations nouvelles que mon corps réclamait que par le potentiel de plaisir sans limite que cette zone érogène semblait pouvoir me procurer, je n’ai cessé, après nos rencontres avec Gustavo, de dire ENCORE et ENCORE à tous ceux que j’encourageais à s’occuper de mes tétons.

Avec ou sans partenaire, à force de travail quotidien, mes tétons ont commencé à durcir, à pointer et donc à devenir de plus en plus sensibles. J‘en suis devenu fier, à tel point que j’ai eu envie de les faire ressortir. Je me suis mis à la musculation pour leur créer un piédestal : 2 beaux pecs bien bombés qui les sacraliseraient aux yeux des connaisseurs  … Provocation ? Envie de plaire ? Besoin de m’exhiber sans doute un peu de tout ça …

Devenu de plus en plus exigeant dans la recherche de mes partenaires, je n’avais qu’un seul objectif : continuer à  progresser dans cette quête d’un plaisir qui me paraît sans limite …  Ai je mis la barre trop haute ? Sans doute, si j’en juge ces nombreux chats avec des mecs pour qui le « trip tétons » n’est qu’un fantasme de plus dans une liste à la Prévert pour habiller un profil passe partout.

Alors, mes tétons étaient il condamnés à rester en jachère faute de partenaires experts ? Souvent le jeune vaut mieux qu’un mauvais sandwich.

Jusqu’à ce voyage à Bali et cette rencontre magique avec Wayan, un beau masseur Balinais qui a su les réveiller mais surtout me transmettre son savoir faire dans l’Art du travail des tétons. Car il s’agit bien d’un Art : celui de mettre en transe son partenaire pendant plus d’une heure, en jouant avec ses doigts et sa bouche, à la façon d’un musicien. Résultat : une sorte d’orgasme sans fin sans aucune relation sexuelle !! Waoo !! je n’avais jamais rien connu d’aussi intense !tém

Ce n’est certainement pas par hasard si c’est à Bali , l’ile des Dieux et des Chamans,  que cette expérience sensorielle unique me soit arrivée. En effet, pour Wayan, les tétons sont en connexion avec l’ensemble du corps énergétique. L’orgasme masculin ne peut pas se réduire aux quelques secondes qui accompagnent l’éjaculation : l’orgasme est spirituel !

J’ai pu le vérifier récemment en travaillant les tétons d’un mec pratiquant depuis plusieurs années Reiki et méditation. Littéralement en transe, il ne couinait pas, il chantait !

Aujourd’hui, grâce à Gustavo mon initiateur, Wayan, mon mentor Balinais, et mes nombreux partenaires, je crois pouvoir dire que je suis devenu à la fois un expert et un passionné du travail des tétons. Les miens bien sûr, mais surtout ceux de mes partenaires. Tout le monde peut connaître la jouissance avec ses tétons à condition d’être totalement à l’écoute de son corps … Rien ne m’excite plus que d’aider un néophyte à ressentir ses première sensations « tétonesques » et à parcourir, pas à pas, patiemment, toutes les étapes qui le mèneront, lui aussi, à repousser les limites de l’orgasme .

Je cherche à travers ce blog à échanger avec tous les passionnés du plaisir des tétons, débutants ou initiés :

  • Racontez moi vos expériences
  • Envoyez moi les photos de vos tétons
  • Posez moi vos questions
  •  Interagissons entre nous …

Maintenant, réagissez à cet article en laissant un commentaire ci-dessous !

=> Et vous, qu’attendez vous d’un blog consacré au plaisir des tétons chez les hommes ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.